Management : Effets de mode et permanence des règles managériales

Les parutions sur les règles managériales sont quotidiennes et nombreuses. Organisations non hiérarchiques, co-construction, entreprises libérées, démarches RSE ; beaucoup d’entreprises recherchent du sens. Un sens qui soit compatible avec la performance ; voire source de performance.

Chez QUALIX, lors de nos formations management, nous réalisons un exercice où nous demandons à nos stagiaires s’ils sont d’accord avec 14 affirmations relatives aux obligations du management. Sur ces 14 affirmations, nous avons obtenu en moyenne 10 accords complets et 4 désaccords relatifs.

 

Oui et alors : quel est l’intérêt de cet exercice ?

J’ai oublié de préciser que les affirmations proposées viennent d’Henri FAYOL, qu’elles sont issues d’un livre « Administration industrielle générale »…qui date de 1916 !

La permanence de certaines règles de management démontreraient-elles quelque chose ? Au-delà de l’exemple ci-dessus, nous devons nous rendre à l’évidence et considérer que les organisations recherchent en permanence le meilleur moyen de gérer les relations entre individus. Pour des raisons de performance collective, pour la paix sociale, pour l’image… Pour toutes ces raisons, les directions d’entreprise travaillent sur ces sujets et recherchent les moyens de s’adapter continuellement. Les modes managériales sont alors autant d’opportunités tentantes.

« Les règles du bon manager en 8 points », « développer son quotient émotionnel », « la co construction comme modèle organisationnel », « l’empathie et la bienveillance source de performance » ; autant de parutions qui s’avèrent souvent de bon sens et qui guident les entreprises à s’engager dans un mouvement grégaire vers une tendance managériale, parce qu’à la mode et parce qu’aussi, on a tout essayé.

 

Dans ces conditions, les modes managériales seraient-elles factices ?

Doit-on en déduire que les modes managériales actuelles sont superficielles ? qu’elles ne sont donc que des effets de mode ? Des réponses partielles sur lesquelles fleurissent coachs, organismes de formations, gourous et conférenciers en tous genres ?

La réponse ne peut pas être tranchée aussi radicalement et si la permanence de certaines règles demeure intemporelle, les temps changent et les aspirations avec elle.

De nombreux articles ont décrit les attentes générationnelles et beaucoup ont traité des sujets relatifs aux générations X, Y, des Millénials… comme si un groupe d’individus avaient les mêmes aspirations du seul fait qu’ils ont le même âge.

Les souhaits des uns et des autres sont intimement liés à chaque individu et s’il est vrai que des générations partagent une même actualité technologique (ils découvrent ensemble les mêmes outils Snapchat, Twitter ou autres qui les unissent dans l’usage), s’il est vrai aussi qu’il existe une réalité temporelle des mœurs qui évoluent de façon collective – s’imposant par la loi pour devenir des valeurs partagées des années plus tard – définir une communauté de pensées et de valeurs sous prétexte qu’on a le même âge relève du simplisme.

Dans ces conditions, nous pouvons tirer quelques leçons des modes managériales. Elles ont pour principale utilité de reposer la question éternelle de la relation à l’autre.

 

Comment concilier attentes individuelles et exigence collective ?

En ce sens, elles portent l’obligation permanente faite aux entreprises de se poser la question des attentes des individus par rapport à l’environnement dans lequel nous évoluons tous. Aujourd’hui, la quête de sens – pour reprendre une expression d’actualité – est devenue un sujet incontournable. Les entreprises communiquent sur leurs valeurs, rédigent des rapports RSE montrant combien elles sont aussi des citoyennes respectueuses et partie prenante active au sein de la société et c’est une très bonne chose…si cela répond à la réalité.

En conclusion, pour que rien ne change, il faut que tout change et les modes managériales ne renouvellent jamais fondamentalement l’essence du management ; elles adaptent les règles à l’époque dans laquelle elles vivent. Les organisations peuvent donc être séduites par des modes tout en gardant à l’esprit les règles intemporelles qui fondent les organisations performantes.

 

Si vous avez besoin d’informations complémentaires, n’hésitez pas à nous contacter grâce à ce formulaire de contact :